jeudi 2 juillet 2015

Le Clocher

Par une belle matinée de juillet, un laboureur de Fraimbois qu'allait avec un chariot pour chercher de la paille dans un champ derrière le cimetière, passait devant l'église. En regardant sur le chemin il voit, juste devant la porte de l'église, un gros étron, tout frais, qu'avait été... roublié, bien sûr, dans la nuit par un homme du village.
"Regardez voir, que dit mon laboureur, le malhonnête qu'a fait ça. Si c'est pas dégoûtant! Oh! le sale cochon."
Il va trouver tout de suite le maire et lui dit comme ça: " On n'a pas déjà une si bonne réputation, Mosseur le Maire, à Fraimbois: il faut ôter la bouse-là le plus vite qu'on pourra."
Et le Maire lui répond:" Bien sûr, Batisse. Je veux plus voir d'étron comme ça sur la route. Les gens peuvent bien faire leurs saletés sur les fumiers!"
Le Maire, alors, réunit les membres de son conseil pour leur demander comment qu'on pourrait faire pour nettoyer le chemin.
Et voici ce qu'ils ont trouvé.
Ils ont ensemencé un champ de pois derrière l'église, et quand les pois ont été mûrs et écossés, ils les ont mis tout au long de l'église: et puis tous les gens de Fraimbois sont venus contre le mur, ont appuyé dessus tant qu'ils ont pu pour faire rouler l'église sur les pois de façon que la grande porte ne soit plus si près de la bouse.
Alors qu'ils étaient en train de faire leur opération et qu'ils poussaient tous sur le mur, une petite bâcelle qui passait donne un coup de pied dans l'étron qu'était bon et sec, imaginez-vous, depuis trois mois qu'il avait été pondu, et le fait sauter dans le ruisseau.
"L'église a marché, l'église a marché", que se mettent à crier les gens de Fraimbois en voyant que l'étron n'était plus à sa place.
-Mais, que dit le Maire, l'étron aussi a marché", et Mosseur Curé qu'était là en donne l'explication:
"Je vois dis toujours: Aide-toi, le ciel t'aidera, voilà bien la preuve que j'ai raison."
L'église a marché, l'étron a marché, moi j'ai peut-être marché aussi en croyant l'autre-là.
Ca ne fait rien: si mon histoire n'est pas vraie, celui qui me l'a racontée est un beau menteur. Ce que je peux dire, sauf votre respect c'est que dans tous les cas j'ai pas marché dedans...

3 commentaires:

manouche a dit…

A Fraimbois ils ne connaissaient pas les petits sacs à crottes des municipalités modernes !

LOU a dit…

:)))

Lucas a dit…

Même pas du pied gauche ?