dimanche 14 septembre 2014

Aux jeunes filles de Sparte



... Ô bruyantes enfants, je suis vieux, je suis las;
Parmi vos choeurs dansants je traîne en vain mes  pas.
Si j'étais l'Alcyon, prince des vagues pures,
Décrépit, et trop lourd pour mes ailes peu sûres,
Mes femelles, plaignant mon vol trop tôt fini, 
De leurs corps rapprochés me formeraient un nid.
Et, sur le doux duvet moelleusement porté,
Moi, l'oiseau du printemps et du tranquille été,
Bleu comme l'eau des mers, je planerais...

ALCMAN (VII° siècle av.JC) traduction Marguerite Yourcenar.

Aucun commentaire: