mercredi 17 août 2016

Le mariage de Lucy





Le plus beau jour de sa vie ! C’est ce qu’on dit en général. Pour Lucy, c’était la même chose : aujourd’hui, quand le soleil se montrerait au dessus du Grand Arbre, elle deviendrait la compagne du plus grand, du plus beau, du plus agile chasseur du clan. Graough ! C’est un beau nom, Graough ; aussi beau que celui qui le porte et c’est elle, Lucy, la petite Lucy qu’il a choisie.
Cette nuit, elle n’a pas dormi, occupée à brosser les peaux, à polir les coquillages et les pierres qui seront sa parure. Et la nuit prochaine, elle l’espère bien, elle ne dormira pas non plus.
Ce matin à l’aube, elle est descendue à la rivière avec sa mère et ses sœurs. Elles l’ont baignée, frottée avec des plantes et des écorces. Elles est maintenant étendue au soleil sur une pierre plate, sa peau est douce, elle sent bon. Elle est restée seule au bord de l’eau, pour méditer, réfléchir, rêver à ce qui va arriver au coucher du soleil, à la grande fête qui va suivre et qui durera toute la nuit.
Demain, eh bien demain, Lucy sera comme sa mère et ses tantes : un enfant par la main, un autre sur le dos, un troisième accroché à un sein déjà pendant et le prochain dans son ventre désormais toujours rond. Elle nettoiera le campement, préparera la nourriture, elle tannera les peaux, les assemblera, jamais plus elle n’aura le temps de rêver…
Mais aussi, elle aura Graough pour elle seule… pour elle seule ?… aussi longtemps qu’elle restera fraîche et qu’une de ses sœurs ne sera pas nubile.
Ils sont courts et pas très drôles, les jours au temps de Lucy ; mais en attendant, celui-ci est le plus beau de sa vie.
Lucy sort de son rêve troublée par une odeur, une odeur forte, une odeur de fauve. Elle ne voit rien, n’entend rien, mais elle le sent, elle sait qu’il est là… le grand, le féroce, le terrible Lion des Cavernes. Elle a peur Lucy, elle veut fuir au-delà de la rivière ; le grand lion n’aime pas l’eau. Elle se lève, affolée, elle veut courir mais de derrière la roche surgit une effroyable crinière précédée d’une énorme patte. Sans un bruit, sans même sortir ses griffes, le lion l’abat sur Lucy, la jette en l’air, la retourne, la hume…
Lucy toute molle ne bouge plus… Le plus beau jour de sa vie a été le dernier…

Aucun commentaire: