lundi 27 octobre 2014

Ode à Aphrodite


Aphrodite au char blanc tiré par des colombes,
Ô terrible, ô rusée, ô tourment des humains,
Empêche que mon ^ma et mon corps ne succombent;
Je tends vers toi mes mains.

Fais halte en plein espace et dis:" Qui donc est -elle?
Je prendrai ton parti; son coeur sera brisé.
Elle courra vers toi, et tu la verras telle
Qu'un jouet méprisé.

A son tour de souffrir, à son tour de connaître
Les pleurs, l'attente vaine, et les tristes aveux,
Et de t'aimer, Sappho, malgré soi, et peut-être
Plus que tu ne le veux...

SAPPHO (VII°-VI° av.JC) traduction Marguerite Yourcenar

1 commentaire:

manouche a dit…

"^ma", pour âme c'est très joli fait rêver!