samedi 2 novembre 2013

LA TOUSSAINT

Quelque temps qu’il fasse en Novembre,
Commence le feu dans ta chambre



Voici venir le premier jour de novembre ; il faut faire provision de friandises. Des bandes d’enfants costumés en créatures infernales vont venir vous couvrir de malédictions si vous n’emplissez pas leurs sacs de bonbons. On fera semblant d’avoir peur et on obtempérera.
Quelques esprits chagrins vont pester contre cette sotte fête récemment importée des USA. Et alors ? Pas plus que le Père Noël qui… mais ceci est une histoire pour plus tard.
Oui, Halloween, son nom l’indique vient d’Amérique. C’est la contraction de « All Hallow Even », la « Veille de la Toussaint ».
Cette fête de la Toussaint qu’on a tendance à confondre avec le Jour des Morts qui se célèbre le lendemain. Il est vrai qu’en cette saison, depuis la nuit des temps, les frontières qui séparent les deux mondes deviennent plus floues.
Halloween en fait, n’a fait que retraverser l’Atlantique puisque c’est en l’an 800 de notre ère que l’église chrétienne a plaqué cette fête des Saints sur la très ancienne fête celte de Samain.
Samain était une nuit de sabbat pendant laquelle les sorcières dansaient avec les démons et faisaient revenir les morts dans le monde des vivants. L’Eglise trouvant ces réjouissances peu convenables les a remplacées par la très ennuyeuse Toussaint où les vivants vont attraper la mort dans les cimetières en couvrant de fleurs les tombes de leurs défunts.
Au cours des deux derniers siècles, les émigrants qui partaient faire fortune en Amérique ont emporté cette fête dans leurs maigres bagages. Certains d’entre eux, fortune faite dans la grande distribution, ont jugé profitable de nous la retourner.
Et si au lieu de bouder la coutume ou de faire le jeu des commerçants, on faisait la fête ; une vraie belle fête d’automne ?
En commençant au mois de mai par semer quelques graines de citrouille ou de potiron ; le « Gros Rouge d’Etampes » par exemple, dont quelques spécimens sont si gros qu’ils font croire au carrosse de Cendrillon. Vous n’avez pas la place, pas de jardin ou de balcon ami à squatter ? Passez directement à l’étape suivante : achetez-en un au marché.
Ca y est ? La grosse boule orange trône sur votre table ? Coupez-la aux deux tiers dans la largeur, évidez-la, sculptez des yeux et une bouche, placez dedans une bougie, éteignez lampes et télé : voyez comme sa lumière est belle. Le potiron n’est pas cher, vous pouvez en préparer plusieurs, poser un lumignon sur chaque fenêtre. Pensez à en avoir de plus petits dont vous ferez des lanternes.
Il faudra aussi montrer aux enfants comment réaliser eux-mêmes leurs costumes. Pas le temps ? Allons donc ! Combien d’heures passez-vous devant la télé ?.
Le Grand Soir est venu, les enfants se sont faits horribles, ils ont pris les lampions, se sont munis d’un grand sac, il ne vous reste qu’à les accompagner dans les rues, dans les couloirs d’immeubles. Vous craignez l’appréciation de vos voisins ? Un grand drap, deux trous et qui saura que c’est vous le fantôme ?
Voilà une fête qui n’aura pas coûté grand-chose et qui vous aura de plus débarrassé de quelques chiffons encombrants.
Et puis vous aurez perpétué les sages coutumes des anciens qui savaient qu’il faut habiller de lumière les plus longues nuits de l’année.

2 commentaires:

manouche a dit…

Autrefois les enfants passaient en groupe. Maintenant il y en a toute la soirée...tant pis j'ai donné toutes mes munitions sucrées aux premiers.

Vu par Doume a dit…

après réflexion, le nombre de citrouilles détruites ce jour là ferait de la soupe pour tous les SDF du monde, nourrirait certainement les tiers-monde pendant des semaines et les bonbons et autres feraient des heureux aussi... alors, je ne sais jamais si oui ou non il y a a un quelconque intérêt, ceci étant, il faudra de plus en plus vivre avec son temps, tant pis pour les "morts" ... on les fête donc le lendemain !
Un excellent dimanche !
Doume