vendredi 19 février 2010

JEAN DE L'OURS (3)

Jean courut à sa poursuite et arriva dans une pièce où se trouvaient trois jeunes filles vêtues en princesses. A la vue de cet homme si grand, si fort, velu comme un ours et armé d’une énorme barre de fer, elles  se mirent à trembler, à crier, à pleurer.
-« Ne pleurez pas, dit Jean rassurant, ne craignez pas, je ne vous veux aucun mal ! Que faites-vous ici , seules dans cette cave obscure ?
-Une sorcière nous a enlevées à nos parents et nous ne savons pas comment sortir d’ici.
-Eh, bien, vous êtes délivrées ! Venez avec moi !
Jean les installa dans le tonneau et cria :
-« Remontez ! Remontez !
Qui furent bien étonnés en voyant qui était dans le tonneau ? Ce furent les deux compagnons !
Etonnés et ravis ! Trois belles princesses à la place de ce Jean de l’Ours donneur d’ordres et de leçons ! Quand ils l’entendirent crier qu’on lui renvoie le tonneau, ils le démolirent à coups de hache et jetèrent la corde au feu.
-« Et voilà, gros malin !dirent-ils en se frottant les mains, débrouille-toi, maintenant !
Et ils s’enfuirent, entraînant les jeunes filles.

Jean ne voyant pas redescendre le tonneau, comprit qu’il avait été trahi ; il ne perdit pas courage pour autant. Méthodiquement, il explora le souterrain et les caves et finit par retrouver le poulet. Brandissant sa barre de fer, il questionna le volatile effaré :
-« Dis-moi un peu comment sortir d’ici !
-Par où tu es entré, il n’y a pas d’autre issue.
-Mais comment ? Je n’ai ni corde ni échelle.
-Facile, ricana le volatile, il suffit de voler !
-Et comment veux-tu que je vole ? Tâche d’avoir une autre idée ou sinon…
Et Jean agitait la redoutable barre de fer sous le bec du poulet qui cessa de rire.
-« Ecoute , dit-il, va jusqu’au bout du souterrain, dans la dernière cave, vit un aigle blanc. Peut-être voudra-t-il te prendre sur son dos.
Jean de l’Ours suivit le conseil du poulet, trouva l’aigle et lui demanda son aide.
- « Tu es grand, tu es lourd, trop lourd pour moi surtout si tu  gardes cette barre de fer.
-Et si je la laisse ?
-Si tu la laisses, peut-être… mais ce sera de toutes façons très fatiguant. Pour avoir la force de te sortir d’ici,  il faudra m’alimenter sans arrêt. Ecoute, et l’aigle lui montra par un soupirail un bœuf dans un pré. Tue ce bœuf, prend sa viande et chaque fois que je crierai :  « Viande ! » , tu m’en donneras un morceau
D’un dernier coup de sa barre de fer, Jean tua le bœuf, le découpa avec son couteau de chasse, mit les morceaux dans un sac et le sac à son épaule.
-« Allons-y, dit l’aigle ; et ils se rendirent en bas du puits. Jean monta sur le dos de l’oiseau, s’accrocha à ses plumes et l’aigle prit son envol. Très peu de temps s’écoula avant que l’aigle ne crie : »Viande ! Viande ! » Jean lui jeta un morceau de bœuf.
A peine avait-il avalé la viande, que l’aigle cria de nouveau. Jean lui jeta un autre morceau.
L’aigle montait lentement, péniblement vers la lumière réclamant toujours sa pitance. Jean voyait déjà un morceau de ciel , il ne restait plus rien du bœuf, mais l’aigle criait toujours :  -« Viande ! viande !... »
-Je n’ai plus rien, dit Jean, nous sommes presque arrivés, courage !
Mais l’aigle était épuisé, ses ailes battaient de plus en plus faiblement, il allait se laisser retomber…
Alors, Jean de l’Ours employa les grands moyens. Il releva la jambe de sa culotte, sortit son couteau de chasse, serra les dents et … coupa un morceau de sa cuisse qu’il donna à l’aigle.
Avec une vigueur nouvelle, il donna un dernier coup d’aile et se posa sur le bord du puits.
Jean le caressa, le remercia ; il voulait maintenant retrouver les deux traîtres et les princesses.


4 commentaires:

la Mère Castor a dit…

C'est le premier conte merveilleux que j'ai travaillé. Merci de nous le rappeler.

piedssurterre a dit…

Chère Alma, mes enfants attendent la suite avec impatience et me chargent de t'écrire qu'ils te remercient pour ce conte que nous avons lu ensemble. Bises

almanachronique a dit…

Ils sont trop mignons!
Ca me donne le moral pour reprendre et terminer tous ceux qui sont encore à l'état de brouillons.
Kisses à tous
P.)))))

Anaël Assier a dit…

Pas de victoire sans sacrifice...

je trouve enfin le temps de les lire, vivement la suite. Et il y aurait beaucoup à en dire. un ours qui doit nourrir un aigle pour se sortir d'un puits... quant à la barre en métal.
Au fait, il faut tuer un bœuf, bœuf mentionné en H25/3, complémentaire du H46/3... et puis l'idéogramme du H46 représente un boisseau (quand on verse le grain, bon pour le poulet ça, c'est un mouvement descendant, mais au final le tas qui se forme décrit un mouvement d'élévation)
Autre chose :
Mon avis sur les trois blogs, ce qui n'est pas grand chose, et dont bien sûr je ne vous demande pas de tenir compte.
Donc mon avis : si vous recentrez tout les trois sur un seul, le flot de publication risque de saturer votre lectorat. Les gens ne peuvent guère encaisser plus de trois articles par jour.
Et puis cela vous obligerais à faire un libellé "conte", un autre "plante" et encore un autre almana, ensuite pour s'y retrouver au sein de chacune des rubriques, c'est pas facile, facile.
Publier un peu moins mais maintenir la qualité, ça n'a pas de prix.
je dis publier un peu moins car peut-être avez vous envie d'écrire un peu plus pour vous (j'entends par là, préparer quelque chose qui sera distribué sur version "papier" plus tard).
Et maintenant mon avis de lecteur, tout simplement, quel dommage cela serait de faire sauter les contes, Il est une superbe banque de donnée que je trouve d'ailleurs très complémentaire de la mienne, mais peut-être est-il trop tôt pour s'en rendre compte.

PS : on se demandait, moi et une autre, la source de l'aigle que vous avez mis en illustration ?

Bisous
A

Rimes à rien...

Que deviendra Arsinoë la Belle quand le sort l'enverra loin de son élément? Son avenir sera celui de la lentille qui se veut papillon...