vendredi 1 août 2014

Mythe, conte ou llégende?



Les contes, mythes et légendes sont à la littérature (en moins scientifique cependant), ce que l’archéologie est à l’histoire. Mais, me direz-vous, quelle  différence entre les trois ?

A/ Les légendes : elles donnent un sens à des sites, arbres, sources, monuments dont la présence ou la forme est difficilement explicable, voire effrayante. On les trouve aussi quand les sources historiques sont floues comme pour  l’Atlantide ou la ville d’Ys.
 Souvent basées sur des faits supposés réels, qui se sont produits en des temps anciens, à des endroits donnés, elles mettent en scène des personnages dont on magnifie ou diabolise la personnalité et les actes, en y ajoutant une part de merveilleux. Elle est cousine et différente de l’épopée.
La chanson de Roland, par exemple, est une épopée : Roland est doté de qualité surhumaines, mais nulle fée, nul magicien n’intervient dans l’histoire ;  tandis que la quête du Graal par le roi Arthur et ses chevaliers est une légende dans laquelle on rencontre souvent des êtres imaginaires.

B/Les mythes : ils ont pour fonction d’expliquer la naissance du monde (cosmogonie) et la fin du monde (eschatologie). On les trouve entre autre dans les grands livres des religions, Bible, Coran ou encore chez Homère, Ovide ou Hésiode.
 Les personnages du mythe incarnent les forces de la nature ou certains aspects de la condition humaine.
Le mythe sert aussi à expliquer, des phénomènes naturels difficiles à comprendre, voire effrayants en personnifiant, le soleil, la lune, la pluie, le tonnerre etc…

C/Quant au conte, le Petit Robert dit qu’il est le « récit de faits, d’aventures imaginaires destinés à distraire. »
Michel Jaffrenou, pour sa part, pense que : « Les contes à l’origine, pourraient être des rêves qui, une fois racontés, deviennent des récits. Les donateurs en sont les anges tutélaires. Ils permettent aux rêves d’advenir. »
On pourrait dire que le conte est plus universel que le mythe, puisqu’il va bien au-delà des religions et des cultures. C’est un langage international alors que le mythe ou la légende sont souvent influencés par des traditions religieuses ou historiques.
Les mythes et légendes comportent donc des éléments culturels alors que les contes prennent leur source au plus profond de l’inconscient collectif.
On voit un perpétuel aller et retour du culturel et du religieux au conte et du conte au culturel et au religieux; par exemple, l’histoire de Samson et Dalila, dont Vladimir Propp pense que le texte biblique s’inspire d’un conte.

Mais il peut arriver aussi que la légende rejoigne le mythe après être née du conte.
Prenons Hercule: des histoires (des contes,) à l’origine différents, sont attribués à un homme plus fort et plus courageux que ses contemporains, la légende naît; ce héros est amené à combattre des créatures extraordinaires dans lesquelles on peut reconnaître des forces de la nature ou des sentiments inexprimables, voilà le mythe.

Les trois ont cependant un point commun : ils sont issus de la littérature orale.



Aucun commentaire: