lundi 10 mars 2014

Différentes sortes de contes



Au début du XX° siècle, le finnois Antti AARNE commence à classer les contes de manière empirique. Son travail est complété par l’américain Stith THOMSON. La première édition de leur travail est parue en 1927 sous le titre de « Types of the Folktales » .
C’est un catalogue de 2340 contes types dont le classement laisse de la place pour insérer de nouveaux contes ou types de contes.
Ils sont répertoriés de cette manière :
Contes d’animaux de 1 à 299
Contes merveilleux de 300 à 749
Contes religieux de 750 à 814
Contes nouvelles de 850 à 999
Contes de l’ogre ou du diable dupé de 1000 à 1199
Contes facétieux et anecdotes 1200 à 1925
Contes formulaires (dont les randonnées) 2000 à 2300
Contes inclassables 2400.
Les contes érotiques sont-ils à ranger dans les inclassables ?
(NOUVELLE FANTASTIQUE – Diffère du conte de fées par sa fin catastrophique et sinistre ; le héros meurt le plus souvent ; anti-héros. (Maupassant)
Chaque type de conte reçoit un numéro car son titre peut varier d’un pays à l’autre
Exemple Le Petit Chaperon rouge figure sous le N° AT 333.
Ce qui le range au nombre des contes merveilleux alors que pour ma part, j’en aurais fait un conte d’avertissement.
En 1964, Marie-Louise Ténèze et Paul Delarue, se sont appuyés sur Aarne et Thomson pour répertorier les différentes versions des « Contes populaires français » paru chez Maisonneuve et Larose.
Nous allons nous attarder sur les plus représentatifs du genre : les contes merveilleux peuplés d’êtres, d’animaux et d’objets extraordinaires tels que la bague ou l’anneau magique, qui rend invisible celui qui le porte souvenir du mythologique anneau de Gygès.
L’herbe magique capable de ressusciter les morts et d’ouvrir les portes fermées.
La mandragore aux multiples pouvoirs maléfiques autant que bénéfique et qui entre autres met en évidence les trésors cachés.
Le Juif Errant dont les cinq sous qu’il a en poche se renouvellent aussitôt dépensés.
L’écu voleur qui revient toujours dans la poche de son maître avec toutes les pièces qu’il a touchées ;
La nappe qui se couvre de tous les plats que souhaite son possesseur.
La bouteille du diable qui revient chez son possesseur et qu’on doit toujours revendre moins cher qu’on ne l’a payée sous peine d’aller en enfer.
La bourse inépuisable et le chapeau enchanté qui transporte où il le désire celui qui s’en couvre, et aussi les bâtons et clefs magiques etc...etc…

1 commentaire:

manouche a dit…

Mandragore-moi s'il te plait !

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...