lundi 28 septembre 2015

Les neuf vies du Chat

« Un vieux matou, mathématicien émérite mais fort distrait et incroyablement paresseux, somnolait à l’entrée d’un temple. De temps à autres, il entrouvrait un oeil pour compter les mouches du voisinage et replongeait presque aussitôt dans sa douce léthargie.

Shiva vint à passer par là. Émerveillé par la grâce naturelle, toute féline, que l’animal avait conservée, malgré un embonpoint considérable dû à son oisiveté, le Seigneur des Monde lui demanda: « Qui es-tu et que sais-tu faire? »

L’autre, sans même entre bailler les paupières, marmonna:
-Je suis un vieux chat très savant, et je sais parfaitement compter.

-Magnifique! Et jusqu’où peux-tu compter?
-Mais voyons, je peux compter jusqu’à l’infini!
-Dans ce cas, fais-moi plaisir. Compte pour moi, l’ami, compte…

Le chat s’étira, bailla profondément, puis, avec une petite moue de dédain amusée, se mit à réciter:

-Un…deux…trois…quatre…

Chaque chiffre était prononcé d’une voix plus murmurante et vague. A sept, le chat était à moitié endormi. A neuf, il ronflait carrément, abîmé dans un sommeil béat.
« Puisque tu sais seulement compter jusqu’à neuf », décréta le grand Shiva, Souverain des Sphères, « je t’accorde neuf vies ».
C’est ainsi que les chats disposèrent de neuf existences.
Mais Shiva, qui était aussi un subtil philosophe, médita longuement. Le matou lui avait assuré qu’il pouvait compter jusqu’à l’infini. Certes, il s’était arrêté au chiffre neuf, puis s’était endormi. Or, le sommeil, sans nom, sans forme, sans pensée, n’est-il pas une fidèle préfiguration de l’infini?
Alors Shiva compléta son décret: Au bout de ses neuf vies, le chat accéderait directement à la félicité Suprême. »


1 commentaire:

manouche a dit…

Dommage que Shiva ne nous en ait pas fait bénéficier...