dimanche 6 septembre 2015

La cuisine de Promethée


Mircéa ELIADE (aspects du mythe p. 184) :Hésiode…il est le premier à parler de Prométhée. Mais il ne pouvait se rendre compte que le mythe central de Prométhée était fondé sur un malentendu, plus exactement sur « l’oubli »de la signification religieuse primordiale. En effet, Zeus se venge de Prométhée parce que celui-ci, appelé à arbitrer le partage de la victime du premier sacrifice, avait recouvert les os d’une couche de graisse, tout en couvrant avec l’estomac la chair et les  entrailles. Attiré par la graisse, Zeus avait choisi pour les dieux le lot le plus pauvre, abandonnant aux hommes la chair et les entrailles. (Théogonie , 534 sq)
Le mythe de Promethée raconte comment les hommes sont passés du cru au cuit; comment ils ont commencé à cuire leurs aliments. Beaucoup d'histoires parlent de cendres, d'incestes, de gâteaux et font penser à Peau d'Âne et à Cendrillon.
Le "brimé" est tantôt garçon tantôt fille et le tourmenteur est tour à tour homme ou femme. Ne serait-il pas plus juste, à notre époque de dire la jeune personne plutôt que le jeune homme ou la jeune fille. De même pour les personnages adultes. Dans le cas bien entendu où les actions peuvent être matériellement exécutées aussi bien par un homme que par une femme.
Ainsi  des rites de cuisson: un homme peut cuisiner tout autant qu'une femme.
Les contes ont été mis par écrit en des temps où la femme était reléguée dans  un rôle passif, ce qui n'était pas le cas au temps où les mythes sont nés. La situation évolue, les traductions devraient suivre.

(Voir aussi Lévi-Strauss – Le cru et le cuit ,p.304)

1 commentaire:

manouche a dit…

La femme dans un rôle passif.... on essaie de s'en dégager, mais