dimanche 31 mai 2015

La voyage continue...

En compagnie de Dumézil ... un voyage au coeur des mythologies comparées et encore lui se spécialise-t-il dans les Indo-Européennes, ce qui laisse entrevoir les autres. Et je crois bien que me vient le désir de passer ma vie en compagnie de ces Dieux , de ces Héros, de ces monstres, dans ces lieux étranges où le temps suit un autre cours, où des objets d'or tombent du ciel. Tant de merveilles, de découvertes, de lumières projetées sur des histoires pour moi jusqu'alors obscures,..

samedi 30 mai 2015

Voyage... voyage....

 « Le voyage n’est nécessaire qu’aux imaginations courtes » écrivait Colette dans son discours de réception à l’Académie royale de Belgique. Et le voyage en imagination ne me manque pas : toujours Dumézil, dont j’ai à peine passé la moitié et puis, dans la vitrine de mon bouquiniste favori,  m’a fait signe ce livre de Colette d’où  j’ai sorti la phrase qui précède ; un que je n’avais pas et qui s’intitule : « Belles Saisons » ; des articles qu’elle écrivit alors qu’elle était chroniqueuse au Matin, le journal appartenant à son mari de l’époque (ça aide, tout de même !). Une mine ! Et c’est pas tout, et c’est pas tout : d’une dame Lucie Félix-Faure-Goyau (oui, tout ça), « La vie et la mort des fées », paru en 1910 à la Librairie académique Perrin, un recensement de toutes les légendes à base de fées depuis le cycle breton jusqu’à Kundry  que je connais fort mal et qui semble appartenir aux Niebelungen… en feuilletant au hasard, je lis Mélusine, Bradamante, les fées dans les lais de Marie de France et du coup, j’ai envie de prendre ça sous le bras et d’aller me coucher, mais j’ai aussi un (ruineux parce que relié et en très bon état) de 1860, une « Histoire du Merveilleux dans les Temps Modernes »,  en deux tomes et d’un Mr Louis Figuier ; on y parle entre autres, des diables de Loudun et de La Baguette Divinatoire. Je crois qu’en fait, c’est la baguette de coudrier du sourcier. Voilà donc de quoi voyager sans quitter mon jardin pour les semaines à venir.

vendredi 29 mai 2015

Un archétype: Ulysse - Retour à Ithaque

Quand dans la vie la vie on traverse une période particulièrement déstabilisante, on peut être tenté de se raccrocher à quelqu'un ou à un projet, comme à une bouée dans un naufrage.
Si ce quelqu'un, à coups de griffes et de crocs, fait crever la chambre à air,  et s'envoler le projet, on se retrouve comme Ulysse dans la tempête, obligé de nager. On boit la tasse, mais on ne se noie pas. Enfin l'on aborde à l'île des Phéaciens.
C'est un navire armé et dirigé par eux qui va reconduire Ulysse à Ithaque où il devra encore se faire reconnaître et  massacrer impitoyablement ceux qui, le croyant mort veulent prendre sa place.

jeudi 28 mai 2015

De Psyché et de l'amour

Si Psyché a trahi, c’est qu’elle s’est lassée d’un amour qui n’était que charnel. Dans la brèche laissée par l’absence de communion des âmes s’est insinué le doute, puis la crainte. Quand Psyché a voulu poignarder Cupidon, elle ne l’aimait plus.
Quand entre deux êtres, une passion est uniquement charnelle, que les nuits sont plus belles que les jours, mais que les pensées communiquent mal, pendant un temps le désir masque les divergences. Si un incident assez grave interrompt la relation avant que s’installe la lassitude, ce qu’on croit de l’amour perdure et on regrette ce qu’on a perdu en oubliant les premiers grincements annonciateurs d’une possible rupture. Après si d’autres incidents ajoutent du romanesque  à une situation déjà pas banale, on peut éprouver un véritable « chagrin d’amour ». Tous ne réagissent pas de la même façon, certains pleurent, font le deuil ; d’autres tentent d’oublier avec plus ou moins de succès, mais le deuil n’est pas fait et comme il doit se faire, un jour ou l’autre, l’histoire refait surface au moment où on s’y attend le moins.
Encore ce cas de figure est-il moins grave que celui où la relation va jusque à sa fin et s’achève bien souvent dans les déchirements et le conflit.
Il est bien difficile dans les premiers moments d’une rencontre, de distinguer l’amour véritable du désir.
C’est aussi difficile, quand sur une belle amitié vient se greffer une attirance sensuelle. Là encore, le vrai amour étant absent, les corps finissent par se lasser, mais au moins l’a
mitié subsiste et la séparation se fait en douceur. On a perdu un amant mais on garde l’ami.
Maintenant la question est : existe-t-il sur terre un amour qui jamais ne s’use ? un amour ou l’esprit et le corps ont parts égales ? où les deux surviennent ensemble ?


Les esprits de deux corps qui se plaisent peuvent-ils finir par se rencontrer ? ou encore, deux esprits qui s’aiment peuvent-ils laisser les corps s’approcher sans crainte de nuire à cet amour ?

mardi 19 mai 2015

OISEAUX

(anonyme)


 Y’a des merles qui m’emmerlent
Ils ont mangé tous les raisins
Siffle merle, mon beau merle
Tout en haut du vieux sapin

Y’a des grives sur la rive
De la mare de mon voisin
Chante grive jolie grive
Il f’ra beau demain matin

L’hirondelle, si fidèle,
Fait son nid dans le cellier
Tire d’aile, tire d’aile,
Je l’ai vue l’été dernier.


lundi 18 mai 2015

ZOODIAC

Le loir….

Le loir est un ronfleur,
Sa planète est Roupille..
Tel un fleuve tranquille
Son sommeil est paisible;

Qui peut vraiment savoir
A quelle heure s’éveille
Le Loir ?


dimanche 17 mai 2015

Chagrin d’Amour



Résultat de recherche d'images pour "amoureux de peynet tristes"

Il vit au bout de ma chanson
Il a l’odeur du frais jasmin
Il sait l’oubli des jours trop longs,
Il a pris mon cœur dans sa main .

Il joue au ciel dans la nuit d’or
Avec les faons et les lutins ;
Il s’est évaporé dans l’air
Sur un refrain sur un soupir ;

Un mirador luit dans le noir,
Cet amour me fera mourir.
En un jour j’ai perdu l’espoir,
Je ne vivrai plus l’avenir

Voilée, parfumée de santal,
La mort un jour viendra au bal ;
L’oubli gît là, dans le canal.







samedi 16 mai 2015

Zoodiac

Le Kangourou

L'enfant du Kangourou
A les yeux dans la poche
De sa mère.
C'est une signe sauteur, sa planète est la Boxe
Mères des Kangourous, 
Ne percez pas vos poches.


En retard...

Parfum du muguet
Vert et blanc, jardin mouillé
Pluie du premier mai

Rimes à rien...

Que deviendra Arsinoë la Belle quand le sort l'enverra loin de son élément? Son avenir sera celui de la lentille qui se veut papillon...