dimanche 1 mars 2015

Le bonheur en particulier...

Tous les bonheurs se ressemblent mais chaque infortune a sa physionomie particulière ; il y a des gens, comme ça, dont la physionomie particulière n’engendre pas le bonheur ; certaines particules de physionomies assemblées au petit bonheur, et le particulier se contemple avec infortune. Il ne se trouve pas ressemblant …
 Ressemblant à quoi ? Ressemblant à rien !
Il y a aussi des particuliers particulièrement physionomistes… Et d’ailleurs, à quoi ressemble la physionomie particulière du bonheur ?
« Au Bonheur des Particuliers » ; c’était l’enseigne du magasin de Désiré Fortune. Désiré ressemblait à sa mère dont la physionomie particulière était modelée par les infortunes et les bonheurs dont le hasard avait parsemé la vie . Elle avait ouvert son commerce un an  après la mort de son époux, Séraphin Fortune, le mal patronymé car il n’avait jamais rien gagné de sa vie, sauf à la foire annuelle, une oie morte de consomption le lendemain. Pour faire honneur à son prénom, il était parti la rejoindre, laissant une veuve et un orphelin encore en bas-âge.

Quand les rhumatismes empêchèrent la pauvre femme de monter à l’échelle qui permettait d’atteindre les rayons du haut, Désiré reprit le commerce et désormais  il attend les particuliers… les particuliers désireux de bonheur.

1 commentaire:

manouche a dit…

j'aime "particulièrement" ce style...