vendredi 6 février 2015

Les apôtres voleurs .


Le curé de Fraimbois, qui n'était pas un truand, nourrissait des cochons pour avoir du lard, des saucisses et du saindoux à bon marché. Mais, comme chez lui il n'y avait point de cheminée pour y faire sécher son lard, il l'avait pendu en haut du clocher de l'église. Une fois, en allant remonter l'horloge, le maître d'école qui était un pauvre diable trouve la cachette du curé:
"Pristi, pourquou que Mosseur Curé met son lard à l'endroit-là, qu'il se dit en lui-même: ce n'est déjà pas une manre idée." Il prend son couteau, et en coupe un grand morceau en disant:" C'est bon, je reviendrai ici quand je voudrai graisser ma soupe!"
"Les rats ne pourtant pas attraper mon lard, disait Mosseur Curé tout seul en regardant sa bande qui diminuait, ça doit être le maître d'école qui s'endort dessus!"
Une fois que le maître d'école montait sur l'échelle qui mène de l'horloge en haut du clocher, Mosseur Curé qu'était en bas lui crie:"C'est toi, n'est-ce pas, manre drôle, qui va manger mon lard?
-Nenni, Mosseur Curé, ce n'est pas moi, que lui répond le maître d'école, tout tremblant, je n'ai jamais fait des bassesses comme ça; bien au contraire, je le surveilles, votre lard, et je va voir si les voleurs ne sont pas venus la nuit-ci.
-Si vous les connaissez, maître d'école, dit Mosseur Curé, au nom des saints apôtres, dites-moi leur nom.
-Venez demain matin à l'église, je vous les montrerai, Mosseur Curé!"
Le lendemain, le maître d'école vient chercher Mosseur Curé pour aller à l'église.
Le pauvre homme prend un jarret de fagots, et sa bâbette une paire de pincettes; le maître d'école avait sa baguette dessous son bras. Ils entrent et devinez qu'est-ce qu'ils voient dans le choeur: les douze apôtres qu'étaient descendus de leur niche et qui se chauffaient autour d'un bon feu de sarments en faisant cuire la tranche au bout du bâton.
" Ah! vingt verrats, c'est comme ça que les saints donnent le bon exemple, en mangeant mon lard, que crie Mosseur Curé, attendez, attendez!"
Il va les prendre l'un après l'autre en les secouant comme des cerisiers et les fourre dans un coin de l'église qu'était plein de toiles d'araignées.
"Pour votre punition, qu'il leur dit encore, vous resterez là toute l'éternité, vitam aeternam!
- Amen, " que répondit la bâbette. 
Les saints sont encore à cette heure dans leur coin, à l'église, à Fraimbois. Ils expient leur gourmandise.
Il n'est pas permis, pour des saints, d'agir comme ça, parce que, comme disait la bâbette à Mosseur Curé: "Pensez donc, qu'est-ce que j'aurais jamais cru... des saints...; oh! les boucs!!"

Jean LAHNER - Les Contes de Fraimbois

1 commentaire:

manouche a dit…

A qui faire confiance !