jeudi 26 février 2015

La Selkie

C'était un pêcheur, tout là-haut dans le nord, dans la mer des Shetland.
Par une belle nuit d'été, il avait tiré sa barque sur une plage et dormait entre deux rochers. Il rêvait et dans son rêve, il entendait chanter. Un rayon de lune l'a réveillé; il s'est levé; les voix chantaient toujours; il est allé vers elles. Au clair de lune des jeunes filles dansaient nues; elles étaient belles et gracieuses. Des peaux de phoques étaient étendues sur la grève. 
Le pêcheur les a reconnues: les femmes-phoques, les Selkies! Il connaissait la légende, alors sans se faire voir, il est allé s'emparer d'une des peaux. Celle qui l'avait posée là, obéissant au charme a suivi le voleur; elle est montée dans la barque et de retour au pays, elle est devenue son épouse aimante, fidèle et docile; elle lui a donné de beaux enfants.
Le mari aurait dû brûler la peau de phoque, mais il s'est contenté de la cacher. De bien la cacher... Pourtant, si loin et si profond était-elle dissimulée, la peau était-là et la Selkie si aimante et fidèle ne pouvait s'empêcher de la chercher. Et tant elle l'a cherchée qu'elle a fini par la trouver. 
Alors revêtue de cette peau qui était sienne, la femme-phoque a laissé son époux, ses enfants et sans un regard en arrière, elle a plongé dans les vagues pour rejoindre au fond de l'océan ses soeurs, les Selkies.

1 commentaire:

manouche a dit…

Ah les retours en arrière... Fatal !