mardi 6 mai 2014

L'âme des poètes

Ne rappelle pas encore ton voyageur
Bien qu'il soit tard.
C'est la première fois qu'il frappe
A la porte invisible
Reste tranquille, en entendant ces coups légers.
L'heure est lourde de destin.
A ces premiers coups frappés à la porte invisible
Le destin répond.
Quoiqu'il surgisse, image brillante, 
Voix, soupir, haleine parfumée,
La vie devra s'y soumettre
Jusqu'à la mort.

George-William RUSSEL
Hélène SCHJERFBECK - La Porte

1 commentaire:

manouche a dit…

Daniel et toi êtes très inspirés par les portes ce matin !