vendredi 13 décembre 2013

Sainte Lucie




A la Sainte-Luce,
Les jours croissent du saut d’une puce ;
Ala Noë
Du saut d’un vé ;
A la Saint-Antoine,
Du repas d’un moine.

La tradition veut qu’en Suède, le 13 décembre au matin, quand il fait encore bien noir, la plus jeune fille de la maison revête une robe blanche ceinturée de rouge ; elle se coiffe d’une couronne de verdure sur laquelle brûlent cinq ou six bougies. Ses frères et sœurs l’accompagnent, également vêtus de blanc. Les filles portent une couronne d’argent, les garçons un chapeau pointu décoré d’étoiles. C’est la Lucia, qui apporte aux parents, dans leur chambre, un plateau illuminé de bougies, avec café et pâtisseries dont certaines sont en forme de roues solaires.
Cette vénération pour Sainte Lucie, remonte au temps très ancien où une disette affamait les gens du Wärmland. Une riche dame, prénommée Lucie et protégée par sa sainte patronne, arriva dans un bateau chargé de vivres pour ravitailler la population.
Au IV° siècle, sous Dioclétien, Lucie, une riche jeune fille de Syracuse voulait se faire nonne. Puisque dans son couvent elle n’aurait plus besoin de rien, elle se mit à distribuer ses biens aux pauvres. Ses yeux si beaux attiraient vers elle tous les jeunes gens. L’un deux, sans respect pour sa vocation voulut la forcer à l’épouser. Lucie bien entendu, le repoussa. Blessé, furieux, il la dénonça. Sommée de renoncer à sa foi chrétienne, elle refuse. Elle est alors condamnée la prostitution. On veut la conduire dans un bordel, mais elle est clouée sur place. Plusieurs hommes ne peuvent la faire bouger. On la fait tirer par deux bœufs qui ne peuvent la mouvoir.
Alors on dresse un bûcher et on la jette dans les flammes, mais le feu s’écarte et refuse de la brûler. Il faut pour en venir à bout, l’égorger après lui avoir arraché les yeux.
Avec cette légende, l’Eglise a repris à son compte une ancienne fête de la lumière qui est encore très populaire en Sicile où on fait ce jour là bénir un pain en forme d’œil ; le manger protège des maladies oculaires.
Noël, approche, le diable rôde dans les campagnes ; faites bien attention à ne pas le contrarier….
PP

1 commentaire:

manouche a dit…

Pauvre Lucie elle a vraiment été gatée !