mercredi 20 novembre 2013

Drôle d'oiseau!



Où Dieu avait-il la tête ? Ou alors il avait bu (ou c’est moi) ? ou alors après avoir pris des restes d’autres animaux pour fabriquer rhinocéros , hippopotame, girafe et autres animaux improbables, il avait encore des éléments disparates qu’il ne fallait pas laisser perdre ? Etait-il d’humeur folâtre avec désir de nous en faire de bien bonnes… on simplement n’existe-t-il pas et quelque magicien fou (ils sont les ancêtres des actuels scientifiques) était-il en quête d’expériences ?
Toujours est-il qu’en voyant le portrait de cet oiseau onirique j’ai cru pouvoir renouveler l’histoire du Dodo qui vous est servie chaque premier avril. Mais non ! le Balaeniceps Rex dit encore Bec-en-sabot existe bel et bien et vous le rencontrerez, bien qu’il soit fort rare, dans les marais des cours supérieurs du Nil. Si vous tenez à le voir autrement qu’en image ne tardez pas : s’il n’était protégé, il finirait par s’éteindre à l’instar de l’Oiseau éléphant de Madagascar qui pesait 500kg et dont on trouve encore des œufs fossiles d’un mètre de diamètre.
Le Bec- en –sabot pour sa part, ne mesure que 1,20m de haut et doit son nom à la forme de son bec cornu, extrêmement dur et prolongé d’un éperon recourbé et fort acéré. Arme utile pour attraper poissons, crapauds, serpents et lézards dont il se régale.

Le Bec-en-sabot est farouche et ne demeure jamais immobile. Si vous voulez l’apercevoir, laisse-vous guider par son cri rauque et peu harmonieux et par certains claquements du bec dont le son évoque les lavandières au lavoir frappant leur linge à coups de battoir…. Espèce encore plus rare à rencontrer de nos jours que le Balaeniceps Rex.

1 commentaire:

manouche a dit…

L’ornithorynque n'est pas mal non plus!