jeudi 17 octobre 2013

Les randonnées




Un mot au sujet des randonnées : destinées aux enfants de 0 à 8ans, peu connues, peu collectées, peu étudiées, elles ont un pouvoir formateur et fondateur essentiel. Faute de les connaître, on édulcore les contes merveilleux destinés aux plus grands. Pourtant violence et passages scabreux sont souvent essentiels ; donc paradoxe :
Les jeunes enfants sont privés des textes faits pour eux et utiles à leur évolution. On leur donne à la place une version affaiblie de textes qui ne les concernent pas.
Aussi parvenus à l’adolescence, se désintéressent-ils du conte d’initiation qui apporterait des réponses à bon nombre de leurs interrogations. Et puisque nous en parlons, il me vient à l’idée qu’on pourrait leur proposer en « dédommagement » les nouvelles fantastiques ou de science-fiction dont bon nombre ont la structure et les éléments du conte.
Quoi qu’il en soit, on ne doit jamais édulcorer un conte ; le conte est fait pour montrer ce que la vie et le monde ont de terrifiant et comment le héros, si petit, si fragile, en vient à bout. Le conte n’est pas réservé aux petits enfants : la preuve en est qu’on croit devoir le simplifier ce qui lui fait perdre tout intérêt. Et quand l’enfant arrive à l’âge où il devrait recevoir le conte, il garde le souvenir de sornettes dont il n’a que faire ; il a pourtant besoin de merveilleux d’où le succès d’Harry Potter et du Seigneur des Anneaux, trop récents pour avoir été tripotés ou bien encore de l’Héroïc Fantasy et de certaines BD.
Gardons le conte dans son intégralité pour ceux auxquels il est destiné : les grands enfants et les adolescents sans nous oublier nous autres adultes ; racontons aux plus petits ce qui leur revient, les randonnées, comptines et autres « petites formes »
Mots imagés et répétitifs amis des petits et favorables à leur développement psychique.

Aucun commentaire: