mercredi 9 octobre 2013

La Chimère.

Utopies, rêves, fantasmes, tentations, désirs irréalisables… tous cela n’existe pas : ce sont des chimères !

Et pourtant, peut-on dire qu’il n’existe pas d’un être qu’Hésiode comme Homère ont chanté ?
Fille de Typhon et d’Echidna , la Chimère est un être terrifiant : lion devant, dragon derrière, au milieu chèvre. De son mufle infernal s’échappe un souffle effroyable,  un feu dont l’ardeur consume  tout et qu’on ne peut éteindre. Son haleine insoutenable tue le bétail à distance et dessèche les moissons.
C’est une créature immense, puissante, au pied rapide. Elle est dotée des trois têtes qui correspondent aux trois parties de son corps et  conjugue à elle seule la force des trois animaux dont elle est faite.
Ella possède le courage du lion, la malice et l’agilité de la chèvre, la force et la cruauté du dragon.
Aucune flèche ne peut pénétrer les écailles qui couvrent son corps.
Pourtant, le preux Bellérophon monté sur Pégase le cheval ailé lui fit connaître une fin tragique. Armé d’un arc, il fit s’envoler son cheval merveilleux bien au-dessus du monstre et là, se mit à tourner, tourner tout en criblant de flèches le monstre qui crache en vain ses flammes.  Mais le corps de la bête est indestructible. Bientôt le héros a épuisé ses flèches ; il ne lui reste  plus que sa lance, un morceau de plomb , son intelligence et sa ruse . Il fiche le plomb à l’extrémité de la lance, vise la gueule béante et d’un jet adroit l’envoie dans les flammes.
L’haleine incandescente fit fondre le plomb qui  coula dans le gosier du monstre et lui brûla les tripes.



Aucun commentaire: