samedi 12 octobre 2013

Alcyoné




Alcyoné fille d’Eole, épousa Céyx, fils de l’Etoile du Matin. Avec d’aussi poétiques ascendants cette union ne pouvait qu’être heureuse et elle le fut. Heureuse au point que les amoureux se comparaient au couple qui régnait sur les dieux : Zeus et Héra, pas moins !
On ne dira jamais assez l’imprudence des mortels qui se comparent aux Dieux. Les époux divins plus qu’agacés se pensèrent obligés de sévir.
Un jour, Céyx prit la mer pour aller consulter un oracle lointain. Les dieux voient tout. Zeus tenait sa vengeance : que Poséidon déclenche une de ces tempêtes dont il a le secret !
Sans se faire autrement prier, Le dieu marin de son trident frappa les flots et la mer en furie fit chavirer le navire…
Ce n’était pas encore assez : Zeus dit  à Morphée d’envoyer un rêve à Alcyoné ; rêve dans lequel la malheureuse dût assister au trépas de son époux tant aimé. Ce n’est qu’un rêve tenta de se rassurer la jeune femme et elle  courut au rivage, mais pour voir hélas, le corps de Céyx rejeté par les flots. Désespérée, incapable de survivre à son amant, elle se jeta dans la mer.
Les Dieux qui depuis l’Olympe étaient témoins du drame implorèrent la clémence de leur souverain. Zeus n’avait pas voulu leur mort, juste une sévère leçon, il ne demandait pas mieux que de leur rendre la vie. Mais Héra, vindicative, ne l’entendait pas ainsi. Aussi, pour éviter sa colère, c’est sous forme d’oiseaux que le couple évita les Enfers : des alcyons qui depuis, sont restés l’emblème de la fidélité conjugale.

Eole pour assurer la postérité d’oiseaux qui étaient aussi un peu ses enfants, enferme ses vents pendant les sept jours qui précèdent et qui suivent le solstice d’hiver afin de laisser aux alcyons le temps de nicher  et de se reproduire.

Aucun commentaire: