mercredi 25 septembre 2013

Les Nouveaux Contes de Fées de la Comtesse de Ségur

(4)La Petite Souris Grise-


Ce conte moral n’est pas sans évoquer  Perrault et Barbe-Bleue puisque il y est question  de transgression.
Rosalie vit seule avec son père dans un domaine où tout arrive comme par magie. Elle est heureuse, mais au fond du parc, une mystérieuse maisonnette, toujours fermée, l'intrigue beaucoup. Son père en porte la clef autour du cou et refuse de l’y laisser  entrer. Ce lieu interdit et cette clef  font penser à Barbe-Bleue. D’ailleurs, comme l’épouse de ce dernier, et comme aussi Sophie de Ségur, Rosalie a un vilain défaut: elle est curieuse et est de plus en plus obsédée par la maison interdite.
Un jour son père s'absente en laissant la clef dans sa chambre. Rosalie s'en empare, court au fond du parc. Soudain, elle hésite mais une voix l'appelle au secours. Elle ouvre la porte et délivre pour son malheur, la fée Détestable changée en souris grise.
Quand son père rentre, Rosalie dénoncée par des auxiliaires magiques : balais qui flambe, eau qui se transforme en lait, ne peut lui cacher sa désobéissance. Ce dernier qui n'est autre que le génie Prudent lui raconte son histoire et comment pour avoir oublié d'inviter Détestable à ses noces celle-ci est devenue son ennemie. Par vengeance, elle a doté Rosalie de cette curiosité qui doit faire son malheur si, avant ses quinze ans, elle n'a pas su y résister trois fois.
La mauvaise fée, résurgence insistante de l’histoire de Fédor Rostopchine, le père de l’auteur, incendie la maison de Prudent,  nous offrant ainsi le premier de nombreux incendies qui jalonnent l’œuvre de la comtesse de Ségur. Toujours sous l'apparence d'une souris, elle entraîne Rosalie dans une forêt. Epuisée, la jeune fille  s'endort. Le prince Gracieux, qui chassait par là, la découvre, et l'emporte dans son palais.
 La jeune fille partage avec Sophie, outre la curiosité,un solide appétit car à son réveil : « Rosalie mangea comme une personne qui n’a pas dîné la veille… »
Gracieux lui fait visiter son domaine; dans les serres, Rosalie remarque un arbuste dissimulé sous une bâche. C'est son cadeau de noces qu'elle n'aura le droit de voir qu'à ses quinze ans révolus et après son union avec Gracieux,  puisque par chance, il se trouve que la Reine des Fées les avait depuis toujours destinés l’un à l’autre.
Et voilà la curieuse qui ne pense plus à rien d'autre qu'à cet arbuste qu'on lui cache et bien entendu, finit par soulever la bâche. Aussitôt le palais s'écroule et Gracieux sort, ensanglanté, des décombres. La souris grise danse de joie et veut entraîner Rosalie qui refuse de bouger. Elle a faim, elle a soif. A la nuit tombée, une vieille femme lui confie une cassette avec défense de regarder ce qu'elle contient. En dépit des mauvais conseils de la souris grise, Rosalie résiste. Minuit sonne et aussi l'heure de sa naissance. Elle a quinze ans et en dépit des efforts de Détestable qui l’y pousse, surmonte sa curiosité n'ouvre pas la cassette.
Enfin, les enchantements et le jour se lèvent : le palais est intact; Gracieux et Prudent y accueillent Rosalie.
Détestable, disparaît, condamnée à rester souris pour toujours et toutes les fées sont conviées aux noces de Rosalie et Prudent. Espérons qu’ils n’en ont oublié aucune !






Aucun commentaire: