jeudi 12 septembre 2013

Encore les Selkies...

Sur une grève du Nord du Monde, un jeune homme marchait...
Sur cette grève du Nord du Monde, un phoque gisait...
Ses grands yeux noirs étaient fermés, son poil terni, il respirait à peine. Le jeune homme se pencha sur lui, voulut le caresser mais sous sa main la fourrure se fendit sur une jeune fille très belle qui se leva et se mit à danser. Le garçon lui a tendu la main, elle l'a prise et l'a suivi dans sa maison.
Lui, avait roulé la peau de phoque sous son bras et comme il connaissait la légende, il la cacha au fond d'un coffre, sous des filets de pêche usés, puis il enfouit le coffre sous le bois du bûcher et il y entasse des bûches encore et encore.
Le Selkie prisonnière chercha longtemps sa peau sans jamais la trouver. Puis, comme le jeune homme était aimable et lui faisait la vie douce, elle en vint à l'aimer d'amour sincère. Ils étaient heureux.
Vint un hiver très rude, très long où l'on brûla beaucoup de bois. Le bûcher dégarni laissa entrevoir le coffre.
Un jour que le garçon était parti pêcher, l'épouse, passant près du bûcher vit quelque chose briller entre des planches disjointes. elle approcha, ouvrit le coffre: c'était sa peau qui brillait là comme de l'or. 
Quand vint la nuit et que son compagnon fut endormi, silencieuse elle se leva, déposa sur ses lèvres un dernier baiser et se rendit au bûcher. Elle prit sa peau, marcha jusqu'à la grève, l'enfile et, redevenue phoque, elle plongea dans l'océan et ne revint jamais.

1 commentaire:

manouche a dit…

Ne jamais prendre l’amour en otage...