jeudi 4 juillet 2013

Le Lion





A la mi-juillet, les moissons sont bien avancées et Juillet devient Thermidor, dont le 9° jour vit la fin de la Terreur et fut fatal à Robespierre. Ce nom vient de l’habitude qu’avaient les anciens d’aller aux thermes pour se rafraîchir en cette période chaude de l’année.
C’est le temps où dans le ciel, le Lion s’empare de la Lyre d’Orphée pour donner la sérénade au Dauphin.
Il est, Victor Hugo nous l’affirme, superbe et généreux ; il plaît aux femmes et le sait. Il s’avance d’un pas royal et nonchalant, vers la lionne vindicative. La lionne ne laisse à aucune autre le soin de chasser pour son nonchalant et royal époux.
Placé au cœur de l’été brûlant, le Lion est une signe de feu : le feu du foyer, stable, rassurant,  chaleureux. Ardent tel un soleil, il illumine la terre, mais cette ardeur  peut la blesser.
La froide terre du Capricorne ne peut que s’adoucir à son approche ; celle printanière du Taureau ne s’en inquiète guère, mais que la Vierge, en manque d’eau, asséchée par les moissons prenne garde aux incendies.
Incendies que le grand vent du Verseau pourrait encore attiser, que les courants d’air des Gémeaux propageraient. Seule la douce brise de la Balance entretiendra paisiblement son foyer.
Le feu et l’eau font rarement bon ménage. Jamais le Lion ne goûtera les eaux maritimes et salées  des Poissons. S’il peut lui arriver de se désaltérer dans les lacs et les rivières du Cancer, c’est d’une patte prudente qu’il s’aventurera dans les sombres marécages du Scorpion.
Au fond le feu ne s’entend bien qu’avec le feu. Le fougueux Bélier allumera son brasier tandis qu’un vieux Lion pourra se reposer, assoupi devant les braises rougeoyantes du Sagittaire.

Aucun commentaire:

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...