mercredi 12 juin 2013

La Saint-Jean d’été


Si Saint Médard est connu pour ses averses, Saint Jean en revanche, brille par ses feux. Des feux que l’on allume depuis l’aube des temps pour illuminer la plus courte nuit de l’année.
Les saints chrétiens ont pris la place des divinités païennes et l’Eglise a tenté de remplacer les joyeuses flambées par la messe, malheureusement pour elle, Juin est le mois où l’on taille les haies et de tout ce bois coupé, il faut bien faire quelque chose et qu’en faire sinon un feu ? Il ne restait plus à notre Sainte Mère qu’à entériner le fait  et de consacrer ces feux à Saint Jean Baptiste dont elle fixa la fête au 24 Juin.
Donc, soyons bons chrétiens, tentons de marier les vieilles coutumes devenues superstitions, aux nouveaux devoirs censés nous faire gagner le Paradis. La journée sera longue ; principalement si vous avez la gale, qui se guérit en se roulant tout nu dans la rosée avant le lever du soleil.
Puis vous rentrerez vous couvrir et munis d’un couteau, d’un panier vous irez cueillir des simples, les « Herbes de la Saint Jean », qu’on doit ramasser au moment où la rosée s’évapore. Elles sont nombreuses et diffèrent selon les régions, on trouve parmi elles, l'achillée, la sauge, le millepertuis, la bourrache, la mélisse, la grande consoude et bien d’autres.
Quand vous aurez déposé votre récolte dans un endroit chaud, sec et aéré, il sera temps de revêtir votre plus belle tenue pour aller à la messe où vous ferez bénir le pain dont vous garderez précieusement quelques morceaux, car le pain de la Saint Jean jeté dans un brasier arrête les incendies ; ce qui peut être utile en attendant les pompiers. (C’est le 18 !).
Au sortir de la messe, vous suivrez la procession en chantant les litanies des saints tandis que le curé en tête du cortège et entouré des enfants de chœur en surplis, aspergera d’eau bénite tout ce qui passera à portée de son goupillon.
Après cette matinée bien remplie, vous avez droit à un peu de repos avant la fête du soir.
De tout temps, on a chanté et dansé le soir de la Saint Jean, aussi les Temps Modernes ont-ils depuis peu fait subir à la Saint Jean ce qu’elle a fait subirà la célébration du solstice d’été : elle est devenue Fête de la Musique et après tout, pourquoi pas ? L’essentiel est de faire la fête.
Dans un grand pré, tout le village aura porté herbes sèches et branches coupées et bientôt la flambée s’élèvera, joyeuse et pétillante dans la claire nuit de juin.
Autour du feu on danse, les amoureux sautent à travers en se donnant la main ; quand la fête touche à sa fin, une brassée d’herbes humides provoque une fumée à travers laquelle on fait passer bêtes et gens. Médecine simple,  indolore et peu coûteuse qui assure une bonne santé pour le reste de l’année.
Ne rentrez pas vous coucher sans emporter un tison que vous déposerez sous votre lit : il vous préservera de la foudre et des puces.


1 commentaire:

manouche a dit…

Le tison sous le lit me parait dangereux si les amoureux qui son dedans rallument la flamme!

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...