mardi 19 mars 2013


Jamais pluie de printemps
N’a passé pour mauvais temps.



La  TOISON d’OR.

Autrefois Dionysos aima Théophané. De leurs amours naquit un bien étrange enfant : il était fait d’or pur et il avait des ailes. Jupiter qui le vit, désira l’adopter, l’emporta sur l’Olympe où il le fit dormir dans une bergerie ; car c’était un bélier. Un Bélier raisonnable et qui savait parler.

Athamas, roi de Thèbes, prit pour seconde épouse Ino, fille de Cadmos. Néphélé, répudiée, qui avait deux enfants, une fille, Hellé et un garçon, Phryxos, craignait fort pour leur vie et elle avait raison.  Ino avait un fils, qu’elle voulait voir régner ;  Phryxos devait mourir.  Dans les greniers royaux, on gardait les semences des prochaines récoltes. Ino y pénétra, stérilisa les graines. Il n’y eut l’an suivant, ni moisson, ni récolte. L’oracle consulté, soudoyé par Ino, dit au roi que jamais plus rien ne pousserait sur la terre de Thèbes, s’il n’acceptait d’offrir son fils en holocauste. Athamas refusa, mais le peuple affamé ayant appris la chose, fit céder le monarque.
 La pauvre Néphélé suppliait tous les dieux d’épargner son enfant. Hermès qui l’entendit,  avertit Jupiter. Le maître de l’Olympe envoya son Bélier, qui le prit sur son dos pour le mettre à l’abri très loin vers l’Orient, au royaume de Colchide. La jeune Hellé, craintive, voulut suivre son frère. Elle n’avait jamais vu ni entendu la mer. Le bruit des flots lui fit une frayeur horrible, la tête lui tourna et, lâchant la toison, elle tomba dans les flots à l’endroit qui depuis se nomme l’Hellespont.
Phryxos, fuyant Ino, lui avait  pris les dents provenant d’un dragon qu’avait jadis occis le roi Cadmos, son père ; ces dents étaient magiques. Il parvint en Colchide où le roi Aletes  lui fit un bon accueil, et même il lui donna sa fille en mariage. Il fallait une dot, mais Phryxos n’avait rien sauf les dents du dragon, qu’il offrit volontiers.
Un jour vint cependant où regrettant Iolcos, il voulut retourner au pays de son père, emmenant avec lui ses enfants, son épouse et aussi le Bélier. Aletes refusa car l’animal divin était pour sa nation un garant de bonheur et de prospérité.
Comment garder captif un homme qui commande à un Bélier volant ?
Le roi, pour faire hommage au belliqueux Arès,  organise des jeux. Toute la cour est là. Le Bélier confiant, couché près de son maître, soudain s’agite et bêle. Des guerriers armés, sur l’ordre d’Alétes le saisissent et l’entraînent. Phryxos alors comprend qu’il sera sacrifié et veut s’interposer. Malencontreux hasard ou ordre criminel ? Il est frappé à mort. Mais avant d’expirer, il maudit Alétes et jure qu’un fantôme viendra le  tourmenter tant que la Toison d’Or du Bélier divin ne sera pas rendue au royaume d’ Iolcos.
Sur un chêne du bois consacré à Arès, Aletes fit clouer l’éclatante dépouille et mit pour la garder un dragon insomniaque.
Zeus parmi les étoiles a placé son Bélier , mais sa lueur est faible puisque le Toison d’Or est restée en Colchide
L’écho de ce forfait fit murmurer  la Grèce.

L'Almanach est complètement OUF et la carotte rend aimable au jardin

1 commentaire:

manouche a dit…

Il me semble qu'elle fait plus que murmurer la Grèce en ce moment!

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...