lundi 25 février 2013

Fées ou sorcières?

Quand les hommes et tout particulièrement ceux d'église ont voulu retirer tout pouvoir aux femmes, ils firent de celles qui avaient du savoir, des sorcières. Menacées, pourchassées, elles ont trouvé refuge au fond des bois, parfois dans des grottes.
Ces femmes étaient souvent guérisseuses et détenaient la connaissance d'anciens cultes. Le peuple des campagnes partagé entre admiration et terreur, se mit à construire leur légende: on les dit fées, magiciennes.
Beaucoup savaient les secrets des plantes; celles qui guérissent, celles qui tuent, celles qui provoquent les rêves ou l'ivresse. On y ajouta le pouvoir d'apparaître ou de disparaître à volonté. On disait à voix basse, le soir aux veillées, qu'elles étaient capables de transformer les vivants en animaux, en arbres, en pierres même. En souvenir des nymphes des eaux qu'on célébrait autrefois, on les fit vivre dans les sources, les fontaines, les étangs, les cours d'eau et même au fond des puits.
On pensait qu'une reine les gouvernait et les convoquait chaque année en assemblée. leurs mérites étaient récompensés par des pouvoirs accrus et celles qui avaient failli pouvaient déchoir jusqu'à devenir simple mortelles ou pire, se fondre dans le paysage, pour un temps plus ou moins long.

Guilly poursuit ses exploits sur l'almanach et la poule au pot vous attend au jardin

1 commentaire:

manouche a dit…

Chaque fois que les femmes ont possédé un quelconque savoir on les a déclarées"sorcières". Incapacité masculine à accepter le concept?

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...