jeudi 6 septembre 2012

Saint Crépin




Crépin avait un  frère jumeau nommé Crépinien ; tous deux étaient cordonniers et chrétiens. Contraints de quitter Rome pour échapper aux persécutions, l’empereur Dioclétien les fait poursuivre. Réfugiés à  Soissons, un sbire de l’empereur, Maximien, tente de les noyer, mais ils savent nager. Dans l’eau certes, mais dans  l’huile bouillante ? Dieu les protège, ils réchappent de la friture. Maximien pas découragé leur fait avaler du plomb chauffé à blanc dans l’espoir de les étouffer. La gorge et l’estomac solides des jumeaux résistent à l’indigeste potion. Le tortionnaire à bout d’imagination, retourne aux fondamentaux et les fait décapiter. Cette fois avec succès : les têtes ne se recolleront pas.
Depuis, on dit que les ossements des deux frères, répartis dans différentes églises, auraient le pouvoir de faire marcher les infirmes, ce qui pour des os de cordonniers serait bien la moindre des choses.

3 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Je ne sais pas s'ils sont devenus les saints patrons des cordonniers, mais je les croyais les inventeurs de la crépinette, moi ! (pense qu'à bouffer celle-là...) ^^

manouche a dit…

Et la crépinette dans tout ça ??

almanachronique a dit…

Mêêêhhh!! vous deux!!!
Très cuite la crépinette: comme une semelle de botte!

Le Blaireau -

 Dictionnaire du Zoodiac  : Signe de Poil, gouverné par l’ennuyeuse planète Rasoir.  Les natifs du blaireau sont généralement taquins...