vendredi 31 août 2012


C’était un homme qui disparaissait. Ils  passaient ensemble 2, 3 jours intenses, jamais plus et quand il partait, il n’y avait plus trace de lui ; pas même un mégot dans un cendrier . Non pas qu'elle fût une fan des mégots ;elle-même  ne fumait pas et lui, fumait discrétement, sans empoisonner le monde.
En revanche, il était insomniaque ; il aurait sûrement fallu, avec lui aussi, faire chambres séparées. Elle  eut plus tard un amant sans grand intérêt mais qui dormait bien, ça l 'avait  reposée.
Elle avait le sommeil facile, sauf les nuits de pleine lune. Elle pensait toujours qu'il lui faudrait, une de ces nuits-là sortir pour voir ce qui se passait, si les loups-garous existaient. Elle avait un peu la trouille, mais qu’est-ce qu'elle  risquait ? pas grand-chose… sa vie… et si, comme elle en était persuadée, elle en avait  une de rechange, ça vallait peut-être le coup ?


1 commentaire:

manouche a dit…

Une de rechange, non, sept comme les chats !!

Rimes à rien...

Que deviendra Arsinoë la Belle quand le sort l'enverra loin de son élément? Son avenir sera celui de la lentille qui se veut papillon...