lundi 23 janvier 2012

L'Île de la Félicité (7)

Elle n'avait jamais vu d'hommes et sa surprise fut extrême. Adolphe étant ainsi découvert, se jeta respectueusement à ses pieds. "Grande princesse, lui dit-il, j'ai traversé l'univers pour venir admirer votre divine beauté: je vous offre mon coeur et mes voeux, voudriez-vous les refuser?..." Elle avait beaucoup de vivacité; cependant elle demeura muette et interdite: jusqu'alors elle n'avait rien vu de plus aimable que cette créature, qu'elle croyait unique dans le monde; cette pensée lui persuada que ce pouvait être le Phénix, cet oiseau si rare et si vanté et se confirmant dans son erreur:" Beau Phénix, lui dit-elle, ( car je ne pense pas que vous soyez autre chose, parfait comme vous êtes et ne ressemblant à rien de ce qui est dans mon île), je suis fort sensible au plaisir de vous voir: c'est grand dommage que vous soyez seul de votre espèce; plusieurs oiseaux tels que vous rempliraient de belles volières."
Adolphe sourit de ce qu'elle lui disait avec une grâce et une simplicité merveilleuse. Il ne voulut pas qu'une personne pour laquelle il sentait déjà une si violente passion, restât plus longtemps dans une ignorance qui faisait quelque sorte de tort à son esprit; il prit soin de l'instruire de tout ce qu'il fallait qu'elle sût, et jamais écolière n'a été plus tôt en état de donner elle-même des leçons sur ce qu'elle venait d'apprendre, sa pénétration naturelle allait au devant de ce que le prince pouvait lui dire; elle l'aima plus qu'elle-même et il l'aima plus que lui-même. Tout ce que l'amour a de douceurs, tout ce que l'esprit a de vivacité, tout ce que le coeur a de délicatesse, se faisait ressentir à ces deux amants; rien ne troublait leur repos; tout contribuait à leurs plaisirs; ils n'étaient jamais malades; ils n'éprouvaient pas même la plus légère incommodité; leur jeunesse n'était point altérée par le cours des ans. C'était dans cet asile délicieux qu'on buvait à longs traits l'eau de la fontaine de Jouvence: ni les inquiétudes amoureuses, ni les soupçons jaloux, ni même ces petits démêlés qui altèrent quelquefois l'heureuse tranquillité des personnes qui s'aiment et qui leur ménagent les douceurs d'un raccommodement, rien de toutes ces choses ne leur arrivait; ils étaient enivrés de plaisirs, et jusqu'à ce temps nul mortel n'avait jouis d'une bonne fortune aussi constante que celle du prince; mais cette condition de mortel porte avec soi de tristes conséquences, leurs biens ne peuvent être éternels.... (A suivre)

Mme d'Aulnoy

Aucun commentaire:

Le Blaireau -

 Dictionnaire du Zoodiac  : Signe de Poil, gouverné par l’ennuyeuse planète Rasoir.  Les natifs du blaireau sont généralement taquins...