mercredi 27 avril 2011

L'âme des poètes

Quand vous voyez que l'étincelle
Du chaste amour sous mon aisselle
Vient tous les jours à s'allumer,
Ne me devez-vous bien aimer?

Quand vous me voyez toujours celle
Qui pour vous souffre et son mal cèle,
Me laissant par lui consumer,
Ne me devez-vous bien aimer?

Quand vous voyez que pour moins belle
Je ne prends contre vous querelle,
Mais pour mien vous veux réclamer,
Ne me devez-vous bien aimer?

Quand pour quelque autre amour nouvelle
Jamais ne vous serai cruelle,
Sans aucune plainte former,
Ne me devez-vous bien aimer?

Quand vous verrez que sans cautelle
Toujours vous serai été telle
Que le temps pourra l'affirmer,
Ne me devez-vous bien aimer?

Pernette du GUILLET

mardi 26 avril 2011

Depuis l'temps que j'l'attends mon prince charmant

L'âme des poètes

L’AMANT :

Je vous vends le grain de froment,
Aimez les dames honnêtement,
Gens d’honneur et de courtoisie,
Choisissez-vous belle amie,
Ce n’est qu’ennui autrement.

L’AMIE :
Je vous vends la pomme d’orange,
D’aimer je trouve bien étrange,
Vu d’amour les cris et clameurs,
Les ennuis, peines et douleurs
Christine de PISAN

mercredi 20 avril 2011

L'âme des poètes




DELFICA

La connais-tu, Dafné, cette ancienne romance,
Au pied du sycomore ou sous les lauriers blancs,
Sous l'olivier, le myrte ou les saules tremblants,
Cette chanson d'amour qui toujours recommence?...

Reconnais-tu le TEMPLE au péristyle immense,
Et les citrons amers où s'imprimaient les dents,
Et la grotte fatale aux hôtes imprudents,
Où du dragon vaincu dort l'antique semence?...

Ils reviendront, ces Dieux que tu pleures toujours!
Le temps va ramener l'ordre des anciens jours;
La terre a tressailli d'un souffle prophétique...

Cependant, la sibylle au visage latin
Est endormie encore sous l'arc de Constantin.
- Et rien n'a dérangé le sévère portique.

NERVAL

mercredi 13 avril 2011

C'est bon signe!

LE TAUREAU


Devinette :
Trouver le point commun entre Karl Marx, Sigmund Freud, Jean Gabin, Balzac et El Cordobès.
Allez, je vous aide : El Cordobès…. La corrida… les taureaux…
Les cinq sont nés sous le signe du Taureau. (avec pour Freud un ascendant Scorpion).
Ce qui signifie, si on se fie à l’astrologie, que nous avons affaire à cinq personnages ambitieux… pourquoi pas ?
A cinq hommes pleins d’audace… Cordobès, sans aucun doute.
Cinq individus coléreux… Gabin , sur l’écran, a piqué de mémorables rognes !
Que les cinq ont été de joyeux fêtards…. Marx et Freud, on imagine mal… ;
Et que dit encore le grimoire des natifs du Taureau ?
Qu’ils sont gourmands, qu’ils aiment les cadeaux, qu’ils seraient volontiers méprisants ; qu’ils font des pèlerinages et n’hésitent pas à changer de famille, qu’ils épousent des femmes riches, sont ingrats et oublient de remercier qui les oblige.
Le grimoire dit encore qu’ils sont vindicatifs, ont des peines de cœur et se font mordre par les chiens. Ils doivent vers l’âge de 23 ans se méfier des vipères et autres animaux venimeux.
Ils auront ensuite une dizaine d’années de vie tranquille, puis risqueront la noyade ou la maladie. S’ils en réchappent, leur espérance de vie est de 75 ans « et trois mois ».
Voilà pour les garçons !
Quand aux filles….
Elles sont affectueuses, travailleuses mais prétentieuses et souvent en butte aux calomnies.
Après avoir hérité de leurs parents, elles réussiront leur vie tout en ayant plusieurs maris et de nombreux enfants.
Leur santé fragile leur permettra toutefois d’atteindre l’âge de 76 ans.
Il leur est conseillé de se couvrir de bijoux.
Ah, que l’astrologie est une belle science, et divertissante ! Et que le Taureau est un excellent signe !
Puisqu’à la moitié de son parcours, Avril prend le nom très justifié de Floréal, comme le fit la jeune Europe , éleveurs, matadors, conjoints, conjointes , ornez de fleurs votre taureau préféré.


lundi 11 avril 2011

Juliette Greco - Parlez-moi d`Amour

Georget, Marquet et Colinet
Sont très méchants garçonnets




TRAVAUX DE PRINTEMPS


Le 18 Avril 1904, sort le premier numéro de L’Humanité fondé par Jean Jaurès.
Beaucoup plus tôt et presque à la même date, le 19 avril, les romains offraient à Cérès du pain et des œufs.
S’il vous reste du pain rassis, vous pouvez le donner aux oiseaux ; mais vous pouvez aussi l’emballer une heure dans un torchon humide puis le passer au four. Il sera tout croustillant.
C’est généralement à cette période que le soleil entrant par les fenêtres éclaire ce qui ce voit moins en hiver et nous pousse aux grands nettoyages de printemps.
Les bouteilles et flacons ayant contenu de l’huile ou des liquides gras, retrouveront leur lustre si vous les emplissez d’eau et de marc de café et les secouez énergiquement.
Pour le marbre, il faut le frotter avec du savon noir, bien rincer, passer au vinaigre de vin très fort ; enduire ensuite d’encaustique ou d’huile de lin.

On fête Saint Georges le 23 avril.
 Prononcer le nom du saint nous fait penser qu’il est temps de semer l’orge.

Dans le Maine, trop de vent ce jour là peut empêcher le saint  de monter dans les arbres qui,  du coup, ne donneront pas de fruits.

Si vous vous trouvez en Angleterre, allez passer la nuit du 24 aux 25 sous le porche d’une église. Vous y verrez  défiler les spectres des paroissiens qui vont mourir dans l’année.

Et voici Saint Marc qui protège les récoltes des gelées tardives. Les Bretons pensent que s’il pleut le jour de sa fête, les pommiers ne donneront pas. Pour éviter ce désastre on fait de grandes processions.
Il est toutefois recommandé de rentrer tôt ; ceux qui se trouveraient dehors à la nuit tombée risqueraient de disparaître à jamais.

La nuit du 30 avril au premier mai est celle du grand sabbat des sorcières : la nuit de Walpurgis.
Chez les Celtes on célébrait la fête de Belten.
Les Alsaciens se contentent de faire bénir le sel qu’ils distribuent au bétail en partance pour les pâtures.