vendredi 23 septembre 2011

Fantastique Amérique

Les USA ne bougent pas vite dans leur tête. La peine de mort s'y est encore appliquée l'avant-dernière nuit et comme de juste c'était un noir dont la culpabilité n'était même pas certaine...
Il existe outre-Atlantique, trois sortes d'habitants: ceux qui sont là depuis toujours et dont on a rogné l'espace vital au maximum pour le plus grand profit des seconds; ceux qui sont venus là dans l'espoir d'y trouver un monde meilleur; et puis, il y a ceux qui n'ont rien demandé, qui n'ont jamais voulu venir y vivre, ceux qu'on a amené de force et à qui on a bien du mal à accorder une place...

- Le rire aux lèvres, quatre jeunes noirs surgirent du bois et s'avancèrent sur l'herbe rase de la pâture. Pieds nus, ils se balançaient en marchant tout en tapant avec leurs bâtons dans les broussailles et les lianes entremêlées...

Voici comment débute l'histoire de quatre gamins qui vont se baigner au lieu d'aller à l'école; malheureusement, ils sont noirs, dans le Sud des Etats-Unis, vers 1946. L'équipée tourne mal et l'un d'eux, Big Boy, doit s'enfuir...

Il piqua vers la voie du chemin de fer, droit sur le soleil couchant. Sa main gauche appuyée contre son coeur y maintenait la pain de maïs tout chaud... Par moments, il trébuchait sur les traverses car ses souliers trop étroits lui faisaient mal. La soif lui brûlait la gorge, il n'avait pas bu depuis midi. Quittant la voie, il obliqua vers une colline dont il franchit la crête en courant, suivant la route de Bullard. Ses pieds glissaient et patinaient dans la poussière. Le regard braqué droit devant lui, craignant chaque taillis, chaque arbre. Il souhaitait qu'il fît nuit. S'il pouvait atteindre les fours sans rencontrer personne! Soudain, une pensée le frappa avec la violence d'un coup de massue. Il se rappela les histoires de cela. Et si on mettait des limiers à ses trousses? Seigneur! Si par exemple une meute de molosses écumants et hurlants lui déchiraient la viande? Il sentit le coeur lui manquer et commença à tirer la jambe. Ouais, c'est ça qui z'allaient envoyer après lui, des molosses! Et alors y'aurait pu moyen qui s'défile! Pourquoi p'pa l'avait-y pas laissé prendre ce fusil! Il s'arrêta. L'mieux à faire était d'aller che'cher c'fusil; et à c'moment là, quand y s'amèneraient, il en expédierait quéqu'z'uns avec lui...
(A SUIVRE) Richard WRIGHT - Les Enfants de l'oncle Tom (1)

4 commentaires:

É. a dit…

C'est enlevant ! Ouf !

manouche a dit…

...me rappelle l'histoire des " chiens blancs" entraînés à la chasse aux noirs, horrible!

anne des ocreries a dit…

Ouf ! t'attaque fort, là !

jp a dit…

j'aime bien le concept de "culpabilité même pas certaine", ça change de la présumé culpabilité avant-crime supposée être décelée grace aux moyens technologiques de pointes mis à porté des têtes bien pleinement surfaites. et les trolls, et les jaunes, et les chats, etc.

Le Blaireau -

 Dictionnaire du Zoodiac  : Signe de Poil, gouverné par l’ennuyeuse planète Rasoir.  Les natifs du blaireau sont généralement taquins...