mardi 27 septembre 2011

Fantastique Amérique (5)

... Big-Boy vit des hommes se mouvoir sur la colline. Parmi eux on distinguait une longue tache noire. Ca doit êt' Bobo, ça doit êt' Bobo qu'y portent... Y vont l'amener ici. Y devrait se lever et courir. Il sera les dents et passa la main sur son front, la retirant toute mouillée. Il essaya d'avaler sa salive sans y parvenir; sa gorge était sèche. Ils avaient recommencé à chanter/
"On pendra tous les nèg' à un pommier sauvage."
Maintenant, il y avait des femmes qui chantaient. Leurs voix donnaient au chant une sonorité plus pleine, moins heurtée. Cela montait par vagues qui ondoyaient au-dessus de la cime des arbres. Le ciel était lourd et bas, chargé de nuages. le vent se levait. par instants, le cri d'un grillon coupait bizarrement le chant de la foule. Un chien avait grimpé jusqu'à la pointe extrême de la colline. Chaque fois que les voix retombaient, son hurlement flottait, emplissant la nuit.
Big-Boy se recroquevilla lorsqu'il vit la première grande flamme illuminer tout le versant de la colline. Allaient-ils le voir là? ensuite il se rappela qu'en se tenant dans la lumière on ne  voyait pas dans le noir. A un moment où les langues de flammes jaillissaient plus haut, il vit deux hommes grimper la pente en roulant un tonneau.

A suivre (5)

Aucun commentaire:

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...