vendredi 9 septembre 2011

Le Mufle et le Calice

-Le Mufle et le Calice-

Passant le long d'un pré fleuri
Un jeune veau,
S'en vint humer d'un beau grand lys 
L'odorante corolle.
Mais au fond du calice une abeille
Butinant pour sa ruche,
Dans sa tâche gênée par l'intrus,
Piqua le tendre mufle.
Meuglant sa douleur sans pareille,
Au fond des bois le veau s'en fût!

MORALITE:
L'insouciant poète est parfois mal compris
Du travailleur honnête!


2 commentaires:

FRANKIE PAIN a dit…

tu oublie de dire que le veau mourrut d'étouffement, JE NE FAIT PAS PARTIE DE TES BAGUETTEs
C'EST DOMMAGE
je pense que ce que je te fais comme retour ne te satisfait pas.
BON VENT ALORS ET eDITE un jour

manouche a dit…

C'est comme cela que l'esprit vient aux veaux!

Rimes à rien...

Que deviendra Arsinoë la Belle quand le sort l'enverra loin de son élément? Son avenir sera celui de la lentille qui se veut papillon...