samedi 4 décembre 2010

LA FLÛTE ENCHANTEE-(3)




Les portes du palais s’ouvrent ; elle est belle, puissante, imposante et son visage est désespéré.
Tamino pâlit… la Reine est effrayante… elle s’approche… mais sa voix est douce :

« Ne crains rien, mon enfant….ne crains rien… toi seul peut me sauver du désespoir !
On m’a volé ma fille, j’ai entendu son cri de détresse, mais trop tard…
Mais toi, toi cher enfant, tu va la retrouver… tu va partir à sa recherche… tu va la rendre à sa mère et elle sera ton épouse !

La reine rentre dans son palais… les portes se referment et Tamino, bouleversé n’en croit ni ses yeux ni ses oreilles, quand revient Papageno qui voudrait parler mais le cadenas l’en empêche.
Tamino voudrait l’aider… c’est alors que reviennent les trois dames.
De la part de la Reine, elles lèvent la punition de l’oiseleur et  lui ôtent le cadenas .
Elles portent également aux deux hommes, de la part de la Reine , pour Tamino une flûte, pour Papageno un carillon. Les deux instruments sont magiques et vont les aider dans la quête qui les mènera vers Pamina.
Papageno voudrait bien se sauver mais les ordres de la Reine sont formels : il doit accompagner Tamino jusqu’au domaine de terrible Sarastro.
Papageno s’affole : Sarastro est plus sauvage qu’un tigre ; comment lui , simple oiseleur pourra-t-il affronter cet homme effroyable, cet homme aux pouvoirs immenses tout entiers dévoués au mal ?
« Le prince te protégeras, disent les dames, la Reine veut que tu sois son fidèle serviteur ! »
Papageno sans enthousiasme rejoint le prince.
« Mais où se trouve, demande ce dernier, le domaine de Sarastro ?
« Allez  à travers ces montagnes… vous y rencontrerez trois jeunes garçons qui seront vos guides. Suivez-les, Ecoutez leurs conseils….

3 commentaires:

beatrice De a dit…

La flûte enchantée... un conte initiatique.

Merci de me joindre sur mon blog. Je reviendrais. Il est 5 heure du matin, faut j'que dorme encore 1 heure avant de * m'embriller* pour un vide grenier, où j'aimerais vendre des *trucs* de Noël qui décordent de mon atelier.

manouche a dit…

Cette reine est imposante, elle a déjà le sourire, sûre de retrouver sa fille...

DIDIER CLAVIEN a dit…

Il faut bien une voix douce pour qu'un enfant n'aie de crainte d'une reine effrayante. D'ailleurs sa robe est si nuit que je m'en méfierais.

Amis conteuses et conteurs, vous allez sans doute me dire que j'enfonce une porte ouverte, mais bon, pour moi c'était nouveau. J...