jeudi 25 février 2010

NEPTUNE (fin)

Neptune se croyait l’inventeur du cheval ; il avait oublié le poulain que Saturne, croyant manger son fils, avait ingurgité. Il se pensait aussi créateur de la bride, mais Minerve avant lui avait eu cette idée. Les courses et la vitesse, en revanche, c’était lui !
Quand Cérès éplorée cherchait partout sa fille, Neptune fou d’amour la suivait pas à pas. Ayant d’autres soucis, la déesse gênée se changea en jument. Puis ele galopa jusque dans l’Arcadie où elle se cacha dans le troupeau d’Oncos, un des fils d’Apollon. Pas fou et obstiné, Neptune en étalon se change, la rejoint et sans lui demander son opinion, la viole. La fureur de Cérès fut telle que le fruit de cette union forcée fut un cheval sauvage, le farouche Actéon.

Sur ces amours sans nombre, la sagace Amphitrite savait fermer les yeux, mais il lui arrivait parfois de se venger : ainsi quand son époux, de la belle Scylla fit un jour son amante, elle chercha l’étang où se baignait la nymphe ; elle y jeta des herbes magiques, empoisonnées. Scylla se retrouva doté de douze pattes et de six têtes hurlantes redoutées des marins.
Les enfants de Neptune sont bien souvent des monstres : Harpyes épouvantables au visage de femme ; elles ont des oreilles d’ours, des ailes de chauve-souris et des corps de vautour ; aux pieds, aux mains des griffes elles sont sales et infectent tous les êtres qu’elle touchent. On se souvient aussi du cyclope Polyphème, du géant Chrysaor ou du cheval Pégase… et bien d’autres encore…
Les Atlantes en revanche, étaient de beaux enfants dont Neptune était fier. Mais au fil des années, leurs descendants perdirent de leur nature divine. Ils devinrent trop humains et Neptune déçu, à grands coups de trident détruisit son empire. Atlantide et Atlantes sombrèrent dans les flots.

Pourtant il a gardé non loin de l’Equateur son palais sous-marin. C’est là qu’il apparaît, sur le pont des bateaux, imposant et barbu, une couronne d’algue sur ses cheveux d’écume. Armé de son trident, il préside aux épreuves imposées aux marins qui pour la première fois doivent passer « La Ligne ».

P.

Aucun commentaire:

Rimes à rien...

Que deviendra Arsinoë la Belle quand le sort l'enverra loin de son élément? Son avenir sera celui de la lentille qui se veut papillon...